Il y a quelque chose dans l’art de Guy-Paul Chauder qui vous touche au plus profond de votre âme. Si l’art abstrait peut laisser parfois perplexe, il n’existe aucun doute sur le talent de cet artiste hors pair. Que ce soit une petite toile, une monumentale, un objet, il existe une patte « Chauder » reconnaissable entre mille. Chaque oeuvre vous interpellera par son audace et la multitude de ses messages. Si on est aux premiers abord happés par ses couleurs, en se rapprochant on constate une monstrueuse technique . Est ce le fait de peindre sur des voiles de bateaux qui donne a son oeuvre cette profondeur unique?

Mais qui est Guy-Paul Chauder?… un artiste extrêmement discret dont on ne sait en fin de compte que très peu de choses sauf qu’il fait parti de ses artistes dont on s’inspire en sachant bien que jamais on ne pourra s’approcher d’un tel talent tant son art est majeur.

« J’ai foi en la verticalité de l’esprit, cette inaccessibilité est ma substance régénératrice, la luminescente trace de mes possibles inatteignables. Cette foi est la demeure de mon utopie, le lien poétique qui transfigure la marche de ce passage de « vie ». L’énigmatique durée de ce temps dans la création de « l’imprononçable » motive l’hypothétique fusion entre être et exister.Dans cette ascension épuisante, incertaine, se dévoile le contenu des schémas supérieurs, incompréhension, indéfinissable malaise devant cette immensité.
Apprendre le précaire de l’existant dans le regard et les gestes acquis du sensible, par l’informelle ardeur à transcrire le discours contradictoire de la picturalité, en réécrivant ce qui est enseveli dans les interstices de la matière, dans le jeu « jusqu’au boutiste » de cet accomplissement à ÊTRE.
Je n’ai de joie que d’apprendre ».
Guy Paul Chauder

Guy-Paul CHAUDER né en 1946 à Paris, vit et travaille en Corse. Son atelier, installé sur les hauteurs Bastia regorge de dizaines de toiles. Il aime travailler avec les transparences et de multiples couches construites et dictées par les émotions.

Il est arrivé en Corse en 1979 en temps que peintre figuratif, sa vie dans l’île le changera pour toujours et son art deviendra abstrait et profond. il peint plusieurs oeuvres en même temps, si une toile l’inspire moins, alors il changera pour une autre en cours et ainsi de suite.

« Au cours des années 60, il s’établit à Londres (Galerie APPLE) et fait de longs séjours en Suède (Galerie 66 et Galerie A à Stockholm) et au Danemark (Galerie PASSE-PARTOUT et Galerie KARL KAAGE).


C’est lors d’une exposition à Horsens qu’il fera la connaissance de Gunnar Berg. Cette rencontre l’éveillera à la musique contemporaine, en collaboration à une composition musique/peinture avec le Maître, une approche non-figurative qui l’établira par la suite dans son travail.
De retour en France, il crée le « Groupe Pluriel » mais s’en détachera rapidement, afin d’aboutir à une figuration qu’il trouve dorénavant sans issue picturale.


La fracture Figuration/abstraction se fera peu de temps après son installation en Corse. Il expose ses premières pièces non-figuratives chez AGORA à Marseille en 1987.


Remarqué lors d’une exposition à Paris par Jean-Pierre Lavignes, il entre à la Galerie LAVIGNES BASTILLE où il exposera plusieurs années.
C’est certainement cette rencontre ainsi que celle du marchand danois, Karl Olsen, qui fortifiera sa démarche vers un « VRAI » pictural.

« C’est pas un acte très très intelligent, c’est plutôt la main qui décide et qui elle même fait le travail. » Guy-Paul Chauder

http://chauder.free.fr/