Le Cap Corse est balayé par les vents. On y a donc construit des moulins à grains. Sur les 13 moulins en activité au milieu du XIXe siècle, 7 sont encore visibles. Certains, en ruine, sont mangés par le maquis ; deux autres dominent le col de la Serra (commune de Centuri). Ils n’ont plus de toit. L’un sert de bergerie tandis que le second, abandonné, possède encore sa double meule. Ils font face au moulin Mattei.

L’histoire du moulin Mattéi est emblématique de l’histoire du Cap Corse. Le 4 octobre 1834, il est frappé par la foudre. L’importance des dégâts empêchent sa réparation.

Au bout d’un demi-siècle le moulin est de nouveau très délabré. En 2004 il est racheté et réparé par le Conservatoire du Littoral. Ce dernier choisit de le restaurer comme il était en 1930, c’est-à-dire comme objet publicitaire. Il aménage les abords et organise, l’été, des expositions dans le moulin qui a entamé ainsi sa… troisième vie.

Un siècle plus tard, Louis Napoléon Mattei, inventeur de l’apéritif « Cap Corse », le restaure et le transforme en objet publicitaire à l’effigie de sa marque. Le moulin retrouve un toit et des ailes, mais elles sont factices. On s’y arrête pour admirer le paysage.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Ersa de Wikipédia en français (auteurs)