L’oignon de Sisco est un légume typique du Cap Corse dont la renommée n’est plus à faire sur l’île. Particulièrement savoureux, au goût très doux et légèrement sucré, l’oignon de Siscu ( Sisco ) a fait la fierté des habitants de cette petite ville. La culture de ce légume était en effet une activité pionnière dans la région du Cap Corse, où l’on pouvait produire jusqu’à 500 tonnes d’oignons par an.

Après l’effondrement de la culture dû à l’urbanisation et à l’exode d’après-guerre, le légume a failli disparaître définitivement dans les années 90. Ainsi, cette la variété s’est maintenue seulement dans les jardins des particuliers, ce qui a permis la préservation de la semence au fil du temps. Heureusement aujourd’hui, la production est relancée (environ 10 tonnes par an) et l’oignon de Sisco devrait bénéficier d’ici 2 ans de l’IGP (Indication Géographique Protégée), label qui permettrait une reconnaissance au niveau européen.

Pierre Bona, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons

La variété

D’une robe jaune à rose bronzé et de forme elliptique, il est très sucré, son goût s’apparente à celui de l’échalote. Juteux et sucré, avec un panel d’arômes très équilibré, il se consomme cru (très bien en salade) ou cuit.

Des études scientifiques réalisées en 1994 ont confirmé les qualités décrites par l’usage : l’oignon du Cap a une teneur en arômes exceptionnelle, dépassant très largement celle des oignons du marché européen, un facteur lacrymogène très faible et une très bonne durée de conservation.

Les pratiques culturales

Les semis d’oignon sont réalisés généralement fin février, pour être repiqués fin avril. Désherbage et arrosage généreux permettront d’obtenir de beaux oignons, qui pourront commencer à être arrachés pour une consommation en frais en juillet.  À partir de là, s’ils sont convenablement stockés, ils pourront être conservés tout l’hiver. Traditionnellement les oignons étaient tressés ou rassemblés en « paquet » pour pouvoir les suspendre dans les greniers.

Actuellement 

Ces dernières années, la production oscille autour des 10 tonnes, mais cela tend à augmenter avec des surfaces plus importantes en culture (notamment à Sisco) et avec l’installation de jeunes producteurs sur d’autres communes du Cap. La commercialisation se fait directement chez le producteur ou par l’intermédiaire de points de vente locaux, dans une zone géographique s’étendant du Cap Corse à l’agglomération bastiaise. 

Actuellement, sur les communes de Sisco, Morsiglia, Rogliano et Pino, 7 agriculteurs produisent de l’oignon du Cap Corse, appelé aussi communément « oignon de Sisco ».  

Depuis 2011, ils sont regroupés au sein de l’association de défense et de promotion de l’oignon du Cap Corse.